Retour au sommaire



A ne pas manquer !

régime sans résidus





Le principe du régime sans résidus est de supprimer de l'alimentation toute source, même minime, de fibres alimentaires végétales, de résidus d'origine animale tels que tendons, kératine, collagène, et de résidus graisseux : tous les légumes crus et cuits, tous les fruits crus et cuits, toutes les céréales complètes, tous les fruits et légumes secs, et leurs dérivés (sources de fibres végétales) sont donc exclus de l'alimentation, de même que les viandes fibreuses ou tendineuses, ainsi que les graisses cuites (accélératrices du transit intestinal par "effet de chasse" et stimulatrices des sécrétions biliaires). Les pommes de terre et le pain blanc frais sont évités car ils sont susceptibles de causer des flatulences par fermentation.

Le régime sans résidus (ou pauvre en résidus) a pour but de limiter la formation des selles en réduisant les résidus alimentaires dans l'intestin. Ce régime permet d'obtenir la vacuité du côlon lors de la préparation d'une intervention chirurgicale, c'est notamment le régime de préparation à la coloscopie. Ce régime permet aussi de ralentir le transit intestinal en cas de diarrhée, de créer une constipation en cas de fissure anale, de déchirement du périnée ou de pathologie rectale. Le régime sans résidus évite d'agresser la muqueuse intestinale fragilisée par une radiothérapie et également de reprendre l'alimentation orale après une opération du tube digestif.
Le régime sans résidus peut être strict ou large, selon la pathologie. Ainsi, par exemple, avant une intervention chirurgicale sur l'intestin on commence par un régime sans résidus large et l'on parvient à un régime sans résidus strict deux jours avant l'intervention. A l'inverse, après l'opération, la réalimentation commence par un régime sans résidus strict et s'élargit peu à peu vers un régime sans résidus large.

La place des produits laitiers dans le régime sans résidus : on supprime souvent le lait, source de lactose (sucre naturel du lait ayant un effet accélérateur sur le transit intestinal) car le déficit en lactase (enzyme permettant la digestion du lactose) est fréquent lorsque la muqueuse intestinale est fragilisée. Lorsque le régime a pour but de ralentir le transit, on supprime le lactose dont le lait et les produits laitiers, et l'on peut remplacer le lait ordinaire par un lait délactosé, acheté en pharmacie. En revanche, lorsque le régime sans résidus a pour but de produire un côlon propre, on associe ce régime au lait, yaourts et fromages blancs selon la tolérance du sujet et ses goûts personnels, en raison de leur pouvoir accélérateur qui va aider à vider le côlon.

Le régime sans résidus est toujours adopté de façon transitoire. Très monotone et anorexigène (= il coupe l'appétit), c'est un régime difficile à mettre en oeuvre car il est vécu comme désagréable. Pour aider le patient à l'accepter, il doit être bien expliqué. La durée du régime sans résidus varie selon les cas :
Pour préparer une investigation sur le côlon (par exemple, coloscopie) : régime sans résidus stricts de 3 jours.
Pour préparer une intervetion sur le côlon (par exemple, colectomie) : début du régime sans résidus large à J-6 avant l'opération, puis à partir de J-3, passage au régime sans résidus strict. Pour reprendre l'alimentation orale après une intervention sur le côlon ou l'intestin grêle : après émission des premiers gaz, alimentation sans résidus stricts donnée sous forme liquide jusqu'à apparition des selles. On entame alors une alimentation sans résidus strict pendant 1 à 2 jours qui évolue vers le régime sans résidus large pendant 1 à 2 jours, vers le régime sans fibres stricts pendant 1 à 2 jours, puis vers le régime sans fibres large pendant 5 à 6 jours, pour revenir enfin au régime normal léger (= régime typique de l'hôpital, visant simplement à assurer une bonne digestion). Cette progression n'est donnée qu'à titre indicatif : elle peut varier selon les sujets et les équipes médicales.

Les aliments sont cuisinés sans matière grasse (à l'eau, ou à la vapeur, ou encore grillés). Les corps gras d'ajout sont donc toujours utilisés crues (par exemple, ajout d'une noisette de beurre cru sur un aliment chaud).

Les listes ci-dessous répertorient les aliments autorisés dans le cadre d'un régime sans résidus strict et dans le cadre d'un régime sans résidus large. Pour le sans résidus large, tous ceux autorisés dans le sans résidus strict restent autorisés, et l'on y ajoute d'autres aliments.

Catégories d'alimentsSans résidus strictSans résidus large
Viandes, poissons, oeufs Boeuf, veau, foie, poulet, lapin, dinde, cuits sans matière grasse. Texture normale, ou hachée, ou mixée selon la pathologie et sa sévérité.
Jambon blanc découenné dégraissé.
Foie, cervelle, cuits sans matière grasse.
Poissons blancs, cuits sans matière grasse, frais ou surgelés nature : colin, lieu, églefin, merlan, cabillaud, limande, roussette... Mixé ou émietté.
Oeufs durs ou mollet, cuits sans matière grasse.
Toutes les viandes maigres, à fibres courtes, sans tendon ni collagène (morceaux bien tendres, de 1ère catégorie), cuites sans matière grasse. Boeuf, veau, foie, poulet, lapin, dinde, jambon servis hachés, puis en morceaux, puis entiers. Les poissons seront choisis comme pour le sans résidus strict mais peuvent être servis entiers (texture normale, qualité sans arête).
Céréales, féculents,
autres farineux
Les céréales très blutées et de petit calibre : semoule de blé (non complète), petites pâtes, riz, semoule de riz, polenta, tapioca, biscottes, farine, maïzena, crème de céréales. Le pain blanc rassis ou grillé (mais jamais frais ni complet), les céréales plus grosses, les pâtes de plus gros calibre.
Légumes & fruits Uniquement en bouillon, c'est-à-dire juste l'eau de cuisson de fruits ou de légumes, bien filtrée. Jus de fruits sans pulpe, filtré. Certaines équipes médicales autorisent également la compote de pomme homogénéisée.
Produits sucrés,
desserts
Le sucre et la gelée de fruits (mais pas la confiture)
Pâtes de fruits, biscuit de Savoie, biscuits à la cuiller, petit-beurre, boudoirs, miel, chocolat s'il est bien toléré.
Laitages Si les laitages sont autorisés : gruyère, parmesan, emmental, hollande, tous les fromages à pâte pressée et cuite
Les yaourts, fromages frais, petits suisses, selon tolérance. Crème de gruyère. Les fromages à pâte cuite non pressée.
Corps gras Le beurre, la margarine végétale, l'huile végétale, utilisés crus. Comme pour le sans résidus strict.
Boissons Eau non gazeuse, thé et café légers, infusions. Chicorée, bouillons de fruits et de légumes, sirop de fruits. Comme pour le sans résidus strict.
Condiments et divers Sel, cannelle, muscade, vanille. Comme pour le sans résidus strict.






AuRegime.com vous est proposé par Muriel Finetin, Diététicienne D.E.
33, Résidence Eugénie Nau - 86100 Châtellerault - France

Cliquez ici pour visiter : La diététique en question - Diététique pratique
Pour m'écrire : conseil@auregime.com


Retour en haut de la page